FORUM GENERALISTE ULTRA'
 
AccueilRechercherFAQMembresMaterial ultrasGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interview de "Truciolo" - fondateur RDN85 Lugano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team MU
Modérateur


Nombre de messages : 2409
Club : MU
Groupe/Tribune : MU
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Interview de "Truciolo" - fondateur RDN85 Lugano   Mer 31 Jan 2007 - 21:35

Truciolo est l'un des fondateurs des Ragazzi Della Nord, groupe ultra soutenant le Hockey Club Lugano, grand club de hockey suisse.
Il nous présente dans cette interview son groupe et le mouvement ultrà, très développé dans les patinoires helvétiques.


Mouvement-ultra: Salut Truciolo, par cette interview, nous te donnons la possibilité de présenter ton groupe et par la même occasion la scène ultra’ en Suisse, et plus particulièrement celle des patinoires de hockey sur glace. Peux-tu te présenter en quelques lignes ? Et nous expliquer le pourquoi de ta présence derrière le HC Lugano, ton passé au sein de la Curva Nord, ton activité chez les Ragazzi della Nord, ta situation actuelle ?
Salut à tous, on m’appelle « Truciolo », j’ai 35 ans et vous remercie de la possibilité qui m’est offerte de présenter aux ultras de différents pays le groupe RDN 85. Pendant environ 10 ans j’ai taché de guider la Curva sans jamais baisser les bras, même pendant les moments les plus sombres (changement de génération, changement de présidence, etc…) avant que pour ces 10 dernières années les rênes du groupe soient reprises par des jeunes très valables (car comme chaque groupe j’ai ressenti après tant d’investissement une lassitude et une fatigue intense).
Mon cri de ralliement « Non mollare mai » a été repris par tous ces gars qui aujourd’hui, après 20 ans, continuent avec beaucoup d’enthousiasme à tirer vers le haut le groupe et la mentalité ultrà de cette curva majeure qu’est la Nord.
Mon activité actuellement est de faire ce que je faisais en 1985, à savoir être en curva à encourager le Lugano, aider les gars quand ils demandent des conseils, les reprendre lorsqu’ils se gourent, et les féliciter quand ils le méritent.

Le 10 septembre prochain, lors de la venue de Kloten en ouverture de saison, les RdN célébreront leur 20ème anniversaire. Peux-tu nous résumer cette longue histoire ? Et personnellement, comment abordes-tu cet évènement ?
Je participerai évidemment avec une grande fierté à cette fête. Les 20 ans des Ragazzi représentent pour moi un événement très important tellement cela représente de souvenirs. Il y a 20 ans de cela avec d’autres amis (une dizaine, qui nous qui frequentions de longue date à l’exterieur) déjà présents en Curva nous décidions de constituer un groupe en passant des vieux « Ultras Fighters» dont nous faisions partie, à un nouveau groupe. Cette scission était dûe à plusieurs incompréhension avec les Fighters, et nous avons aussi eu pas mal de difficultés avec le club pour faire accepter un nouveau groupe organisé en Nord. Finalement au bout d’un an nous avons pu enfin poser notre bâche. L’année suivante (1987) nos rangs comptaient environ 300 éléments (présents à domicile comme à l’extérieur en nombre équivalent !), fortement liés par l’esprit de groupe, et par notre seul amour, le club de Lugano.

Ton groupe est le précurseur du mouvement ultrà en Suisse. Dans votre pays, il est donc né dans les patinoires, avant de se répandre également dans les stades helvétiques. Comment analyses-tu l’évolution du groupe depuis deux décennies. Et dans un cadre plus global, celle du mouvement ultra’, dans les patinoires, mais également dans un cadre plus large incluant le football où la scène y est plus large ?
Il est exact de dire que le tifo organisé est apparu en premier lieu sur les pistes de glace. La Curva Nord existait déjà dès le milieu des années 70, avec une très nette inspiration venue de l’Italie voisine, et réalisait des chorégraphies fantastiques. Cela représentait pour l reste du pays une nouveauté appréciée, pour ne pas dire enviée.
C’est ainsi qu’est apparu en Suisse le mouvement, d’abord sur toutes les pistes, puis dans tous les stades.
L’évolution des RdN est toujours allée crescendo, mais comme toutes choses évoluent, sous notre impulsion un gros changement est intervenu, que ce soit au niveau chorégraphique que du matos (plus moderne et plus accessible qu’avant). Cependant à l’intérieur de la Curva de l’époque il n’était pas évident de faire passer le message « ultrà », alors qu’aujourd’hui tous (ou presque) ceux qui viennent en Nord savent comment suivre les consignes données par les capi-ultra de la Curva.
Je ne voudrais pas trop m’étendre sur la scène ultra suisse en elle même, car ici tout le monde a plus ou moins voulu créer un groupe organisé. En terme quantitatif il est logique que les grandes villes soient dotées d’un plus grand nombre de membres potentiellement « ultras », et donc la scène y apparaît plus large et organisée. Mais pour nous, qui devons composer avec un faible bassin de population (note M.U : Lugano compte environ 30.000 habitants) mais qui sommes « du métier », nous nous considérons encore aujourd’hui comme un des groupes les plus solides du pays, aussi grâce à notre vécu sportif (note M.U : le club de Lugano étant nanti d’un palmares fourni au niveau des titres).

Si on parle bien de « Groupe » quand on aborde les RdN, ce n’est pas tellement le cas au niveau de votre organisation où il n’y a en fait pas vraiment de structure officielle. Peux-tu nous en dire un peu plus sur la manière dont est géré le groupe ?
La gestion du groupe est celle d’il y a 20 ans et restera toujours ainsi car une « gestion ultrà » ne peut changer. Il y a un capo charismatique qui gère tout le groupe, en tenant compte évidemment des idées nouvelles, et en témoignant avant tout un amour illimité pour la Curva et un grand respect pour le groupe RdN qui comprend (au delà evidemment des membres) des responsables pour chaque secteur : matos, trésorerie, relations publiques et rapports avec le club.

Vous avez depuis plusieurs saisons une section très active en Suisse allemande, la « North Zone ». Quelle est son implication dans le groupe et son importance ?
Les relations avec la section « North Zone » sont très importantes. D’ailleurs le groupe a toujours eu des contacts suivis avec des sections (grandes et petites) de l’autre coté des Alpes. L’interêt d’avoir sur tout le territoire suisse des tifosi organisés du Lugano se retrouve dans la gestion facilitée des matches à l’exterieur auxquels participe la Curva, que ce soit au niveau de l’organisation logistique, comme des chorégraphies.

La saison est longue, les déplacements s’enchaînement sur un rythme endiablé et être partout n’est pas toujours évident. Toutefois, on peut avoir l’impression de l’extérieur que le groupe « choisit » ses destinations. On peut par exemple être surpris de voir 50 luganais dont 4 RdN venant de Lugano le mardi à Genève et vous voir ensuite à 2000 à Berne le vendredi, dont de très nombreux membres du groupe. Ce sentiment est-il erroné ?
Hélas le calendrier du championnat de Hockey ne favorise pas les déplacements car il est très difficile de s’organiser et de mobiliser en pleine semaine, sans parler de la dimension onéreuse de ces migrations.
Malgré cela on ne peut pas dire que le groupe choisit ses deplacements : il est d’une façon ou d’une autre toujours représenté, et même si nous sommes peu nombreux parfois la bâche se doit impérativement d’y être. Les différences de nombre dont tu parlais plus haut (par exemple à Berne ou Genève) sont dues à la présence de beaucoup de tifosi luganais en Suisse Allemande et à l’importance de nos sections.

Votre rival historique est le voisin tessinois de Ambri-Piotta. Ce club a acquis sa promotion en Ligue Nationale A (D1) en 1985, en même temps que votre création. Est-ce que la rivalité est née immédiatement ? Ou existait-elle peut être déjà avant ? Les incidents entre les deux parties ont longtemps été légions. Qu’en est-il de la situation aujourd’hui ?
Le contentieux entre Lugano et Ambri n’existe pas depuis 20 ans mais depuis toujours. Avec la naissance même dans les vallées de petits groupes organisés , depuis 1985 des incidents ont été toujours été à signaler avant ou après chaque derby. Aujourd’hui la situation est un plus « calme », surtout du fait de la présence massive de la police en dehors des pistes, mais il y a toujours au moins un incident à chaque rencontre quand même.

Depuis quelques saisons, les rencontres contre les « Zurich Lions » sont souvent assez « animées ». Mais d’où vient cette rivalité avec les hools zurichois ?
Là aussi la rivalité avec Zurich a toujours existé et les incidents se sont succédés ces 30 dernières années. Depuis que les zurichois possèdent une équipe forte et présente au haut du tableau de la Serie A le contentieux s’est encore accru. Sans parler de la répression organisée par la police et le club zurichois qui mettent encore plus d’huile sur le feu…

Suite aux incidents qui avaient émaillés le match décisif de la finale 1999 contre ces même Zurich Lions (pour les lecteurs : envahissement de la glace qui avait empêché la remise du trophée aux visiteurs, contact sérieux avec la sécurité), le groupe avait subi de nombreuses Interdictions de Stade, dont des leaders importants. Comment le groupe a-t-il réagit et passé cette période délicate ?
Pour nous ce qui s’est passé lors de la finale 99 n’a pas été une bonne chose : tout le groupe s’est reuni après les faits et nous avons tout mis à plat. La présence de membres du groupe était mineure sur la piste de glace (4 personnes du groupe principal), ils se sont auto-dénoncés aux autorités et ont subi l’interdiction de toutes les pistes et stades suisses.

En Suisse, vous avez été jumelés pendant quelques années avec la « Section Ouest » du Lausanne Hockey Club. Peux-tu nous expliquer ce qui a provoqué ce rapprochement ? Et ce qui a mis à fin à ce jumelage ?
Les jumelages ont toujours été fondés sur le respect réciproque des 2 tifoserie. Avec Lausanne il s’est mis en place grâce à la présence de plusieurs tifosi de la 3Section Ouest » avec nous en Curva Nord pour suivre le Lugano, même lorsque Lausanne a accédé à la Serie A.
En fait je ne saurai dire avec exactitude à quoi a été due la rupture du jumelage…

Jusqu’à la disparition de leur club, vous étiez également jumelé avec les « Ultras Milano ». Depuis, certains d’entres eux sont souvent (toujours ?) avec vous. Quelle est leur implication dans la vie de la Nord ?
Avec Milan survit une amitié réelle avec plusieurs tifosi qui viennent avec nous en Nord, mais plus avec les groupes organisés. Leur présence est motivée par le fait d’encourager avec nous l’équipe et par le divertissement.

Comment se passent actuellement vos relations avec la direction du club ? Vous avez sauf erreur toujours de très bonnes relations avec l’ancien président et mécène du club, Mario Montegazza. Avez-vous obtenu des avantages de cette entente ? Et comment est perçu votre groupe auprès du reste du public de la Resega (salle de Lugano) ? Et auprès des joueurs ?
Le changement de Présidence n’est jamais une chose facile, pour aucune tifoseria, et ça a été encore plus le cas à Lugano. Pour en venir au cas du très apprécié et respecté Geo Mantegazza, le changement a été profond mais tous les tifosi le reconnaissent encore comme leur Président légitime.
Contrairement à une idée reçue, nous n’avons jamais bénéficié d’avantages d’aucune présidence. Nous avons seulement cherché avec l’ex-président à nous respecter au maximum car l’objectif ultime de part et d’autre était unique : donner le maximum pour Lugano.
La Curva Nord et les RdN sont vus par le reste du public du Resega de manière favorable car tous savent que Lugano veut dire Curva Nord et tous apprécient l’atmosphère magique que crée la Curva à chaque match. Il en va de même pour les joueurs d’ailleurs.

A l’approche du Championnat d’Europe de football en Suisse en 2008, l’arsenal juridique devient de plus en plus étoffé pour contrer les problèmes, ou considérés comme tels, dans les stades, et donc également dans les patinoires. Es-tu inquiet pour la pérennité du mouvement dans les années à venir ? Est-ce que les règlements de sécurité sont identiques dans les patinoires et les stades ?
Nous prévenons tout le monde que l’Euro 2008 de foot sera une chose qui aura des répercussions sur tout le monde sportif, et pas seulement en Suisse. On cherchera à cette occasion à faire comprendre à certaines « fortes têtes » qu’il ne faudra pas commettre le moindre incident.
La sécurité devrait être la même dans tous les stades et pistes. A Lugano depuis de longues années la sécurité est toujours présente à tous les matches, et c’est malheureusement le contraire qui se produit dans le reste de la Suisse.
Pour moi ce n’est pas un problème pour a utant pour la Curva Nord vu que pour nous la mentalité ultrà surpasse ces problèmes et que notre unique objectif à la base et d’encourager nos couleurs. Tout le reste n’est qu’accessoire !

A propos de football, qu’en est-il de votre implication vis à vis du club de football de la ville, le FC Lugano ?
Comme quasiment tous les tifosi de hockey de Lugano, nous suivons avec attention le FCL, même si hélas avec tout ce qui a pu se produire ces dernières années, ce n’est plus la même chose coté foot.
Les ultras « footeux » ont un groupe entièrement à eux dans leur virage. S’ils viennent dans la salle de Resega c’est uniquement pour soutenir Lugano à leur façon et sans avoir aucune responsabilité dans notre Curva. Il en va de même dans l’autre sens aussi.

En te remerciant de nous avoir consacré un peu de temps à répondre à ces questions, veux-tu rajouter un petit mot avant de conclure cette interview ?
Je finirai par remercier tous ceux qui ont fait l’histoire de cette Curva en la rendant grande, ainsi que tous ceux qui la rendront encore plus grande dans le futur. Forza Lugano !
Salutations à tous

Truciolo’85
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview de "Truciolo" - fondateur RDN85 Lugano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GP] Interview exclusive de Jacky "H" Hutteau!
» "Bomber" Harris et la RRAF
» "Solisticij" trailer & interview
» Rubrique ACTUALITE;Retrouvez l'interview de Philippe Pauze donnée aux "Echos" (Vidéo);
» "scooter"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum :: Médiathèque Ultra :: Interviews-
Sauter vers: